Simple It, le Blog

De l’art de (bien) rédiger son CV

Rédiger son CV est un passage obligé de toute recherche d’emploi ou de stage. Si vous n’êtes pas encore passé par là, ça ne saurait tarder. Si vous l’avez déjà fait, je suis prêt à parier que vous vous posez des questions : mon CV est-il correct ? Respecte-t-il les bonnes règles ? Comment puis-je paraître au-dessus du lot des autres candidats ?

Ces questions, je me les suis moi aussi posées. Bien que je me sois lancé dans l’entrepreneuriat dès la sortie de mes études, avec la création de Simple IT, je suis moi aussi passé par l’étape de recherche de stage. J’ai donc été confronté à la rédaction de mon CV (ainsi qu’aux entretiens qui ont suivi).

Par chance, je suis passé “de l’autre du côté du miroir” avec Simple IT. En effet, je fais passer la plupart des entretiens d’embauche de Simple IT (pour des CDI, stages et alternances). Je suis parfois assisté par Pierre, mais globalement j’ai participé à quasiment tous les entretiens depuis le lancement de la boîte. Cela m’a ouvert les yeux et m’a fait prendre énormément de recul sur la rédaction de CV et l’attitude à adopter en entretien.

Ce sont toutes ces choses que j’ai découvertes en devenant employeur que je souhaite partager avec vous aujourd’hui. Des choses que l’on ne vous a pas dites ou sur lesquelles vous avez peut-être une idée arrêtée. Ces conseils sont les miens, en toute humilité : ne les prenez pas pour argent comptant, faites preuve d’esprit critique… mais je suis sûr qu’ils vous parleront. :o)

Ayez du recul sur les cours de création de CV

Avant tout, je souhaite parler de ces “fameux cours de rédaction de CV”. Lors de mes études supérieures, j’ai eu au moins 3 cours de ce type (un chaque année), censés m’aider à améliorer mon CV. A chaque fois, un prof-intervenant différent venait m’expliquer que ce qu’on m’avait fait faire l’année dernière était mauvais et qu’il fallait tout changer. Et accessoirement, que si je voulais avoir la moyenne à ce cours, j’avais intérêt à suivre les conseils du prof de cette année et non de celui de l’année précédente.

Je crois que j’aurai tout entendu lors de ces cours :

  • “Il faut absolument mettre votre nom en haut à gauche et non en haut à droite”
  • “Placez vos diplômes en premier sur votre CV”
  • “Ne dépassez surtout pas une page !”
  • “Indiquez les dates de vos expériences passées à gauche et leur durée à droite sur chaque ligne”

Vous voulez que je vous dise ? DES CLOUS ! Tout ça, c’est des clous !

Comme cela venait d’un prof, j’avais tendance à considérer qu’il avait raison, que l’on m’apprenait la vérité absolue, et en tant qu’élève j’avais intérêt à m’exécuter si je voulais avoir une bonne note. J’ai cependant commencé à avoir de sérieux doutes en voyant les profs se contredire les uns les autres chaque année.

Une seule règle : pas de règle absolue

L’intention de ces cours était sûrement bonne. On m’a d’ailleurs donné des conseils intéressants qui m’ont aidé à améliorer mon CV. Mais on ne m’a pas donné le conseil le plus important de tous :

Il n’existe aucune règle absolue à respecter scrupuleusement pour avoir un bon CV.

Ouf ! Ca fait un poids en moins de l’avoir enfin dit.

Ne vous enfermez pas dans un canevas, ne vous fixez pas des pseudo-règles “parce qu’on vous l’a dit”. Faites preuve de recul (oui, plus facile à dire qu’à faire, mais ce billet tout entier est là pour ça ;o). Il n’y a pas une bonne façon de faire un CV mais des centaines. Et il y a aussi des tonnes de façons de se planter.

Il n’y a donc pas de règle gravée dans le marbre que suivent scrupuleusement les DRH (Directeurs des Ressources Humaines) des entreprises. Jamais un DRH ne s’écrira en voyant un CV “Ohla mais il fait 2 pages ! La règle c’est 1 page ! Je jette !” (Nota Bene : ce type de personnage existe peut-être, mais c’est un cas isolé à ignorer). En fait, il faut vous mettre à la place du DRH qui doit trier les CV, et c’est justement la chance que j’ai et que je souhaite vous faire partager.

Quelques conseils pour préparer votre CV

Les conseils qui vont suivre ne sont pas des règles : ce sont juste des conseils de bon sens, que vous pouvez appliquer comme bon vous semble ensuite. Je ne vous dirai pas comment faire votre CV, mais plutôt dans quel état d’esprit celui-ci doit être rédigé.

Adaptez votre CV à vous-même

Prenez le temps de vous demander ce qui vous caractérise vraiment. Qu’est-ce qui fait que vous êtes unique, différent des autres ? Non, ne me dites pas que vous êtes un moins que rien fondu dans la masse, ne partez pas avec cet état d’esprit. :D

Qui que vous soyez, quel que soit votre niveau d’études ou d’expérience professionnelle, votre parcours est unique. Il faut que votre CV reflète votre identité. Par exemple, si vous êtes un graphiste et donc un créatif, montrez-le : faites un CV original, en mode paysage par exemple, qui ressorte.

Si, comme moi, vous êtes un handicapé des outils de dessin, n’essayez pas de faire pareil. Vous pouvez très bien faire un bon CV sans savoir manier Photoshop. Si vous êtes développeur par exemple, consacrez une bonne place aux technos et langages que vous connaissez. Groupez-les intelligemment par blocs si vous en connaissez beaucoup. Ne cherchez pas à en mettre plein la vue non plus à indiquant des tonnes de compétences s’il y en a que vous n’avez pas du tout. J’ai vu des gens le faire et je n’ai pas été dupe.

Enfin, s’il y a beaucoup à dire sur vous, ne vous cantonnez pas à une page de CV. C’est vrai, il est courant de voir des CV d’une page en France et dans beaucoup de pays, mais ce n’est pas une règle. Il serait par exemple idiot d’essayer de faire tenir 30 ans d’expérience professionnelle sur une seule page.

En résumé : la forme de votre CV en dit long sur vous. Non soigné, mal aligné, avec des fautes, on devinera que vous êtes quelqu’un de négligent. Et on aura raison. Si vous envoyez un CV mal fini à un employeur, vous n’êtes pas sérieux et pas crédible. Cela signifie que vous ne tenez pas absolument à ce poste. Si vous voulez sortir du lot, commencez donc par montrer, avec la forme de votre CV, que vous êtes organisé et discipliné.

Adaptez votre CV à votre employeur

Qui a dit que vous deviez faire 1 seul CV ? Bien entendu, si vous mettez en ligne votre CV, vous ne pouvez en afficher qu’un seul. Mais si vous envoyez un CV à un employeur, que ce soit pour un poste précis ou au petit bonheur la chance parce que vous aimez la boîte, prenez le temps de vous renseigner sur cette entreprise.

  • Ce sont des jeunes, développeurs chevronnés, adeptes des méthodes agiles et de l’extreme programming ? Vous allez gagner des points si vous mettez en avant vos expériences en la matière. Modifiez un peu votre CV pour faire remonter les informations qui vont donner envie au recruteur de vous rencontrer : parlez des langages récents, de votre passion pour les tests unitaires et l’intégration continue. Je vous garantis que vous aurez au moins un entretien.
  • Ce ne sont pas des techniciens, ils ne connaissent rien à l’informatique mais ont besoin de quelqu’un pour s’occuper de leur site web ou de l’architecture informatique de l’entreprise ? Ne soyez pas trop technique avec eux, ils ne comprendront pas les termes complexes, tout juste savent-ils qu’ils veulent faire du “Java” ou du “PHP” parce que c’est très utilisé et éprouvé. Par contre, vous pouvez sortir du lot si vous partagez l’état d’esprit de l’entreprise. Ils font du “Green business” et conçoivent des panneaux solaires ? Parlez vos expériences écolo si vous en avez, ou de vos centres d’intérêt en rapport avec le sujet. Ne mentez jamais, mais sachez faire remonter une information que vous n’aviez pas forcément prévue de mettre si ça “colle” avec l’entreprise.
  • C’est une entreprise de communication, dans laquelle vous avez beaucoup de contacts avec des gens ? Vous pouvez mettre une photo (bien que ce ne soit pas obligatoire), si celle-ci montre que vous savez être bien habillé, souriant et agréable. A part dans ce type de cas de figure, il n’est absolument pas nécessaire de mettre votre photo. Vous pouvez le faire si ça vous chante, mais ne vous sentez pas obligé.
  • C’est une grande entreprise du CAC 40 qui emploie des dizaines de milliers de salariés ? Leur truc à eux, en France en particulier, ce sont les études et les diplômes. Si vous en avez fait des bonnes, que vous avez été bien classé, mettez cela en avant en tout premier dans votre CV. Mettez en valeur vos expériences professionnelles passées, en retenant en priorité les plus grosses entreprises. Renseignez-vous sur les technos utilisées, mais ne soyez pas trop technique là encore : le DRH qui lira votre CV ne connaît rien à la technique. Par contre, il sait faire la différence entre un CV bien mis en forme (voir plus haut) et un CV négligé.

Il y a des dizaines de façons de s’adapter à l’employeur. Rien ne vous interdit de le faire, au contraire, vous avez tout intérêt à y penser. Il ne s’agit pas de refaire un CV entier à chaque fois, juste de faire en sorte qu’il colle au mieux avec l’entreprise.

J’ai déjà reçu des CV “ultra-personnalisés” aux couleurs du SdZ avec un Zozor dessus. Ce type de CV ne passe pas inaperçu, mais ce n’est pas courant. C’est un peu quitte ou double selon l’employeur, qui peut apprécier ou non ce type de démarche.

Bien souvent, le CV contient une phrase d’accroche qui résume rapidement votre souhait “Développer mon goût du relationnel à l’international“, “Mettre en pratique mes compétences en développement web pour un stage de 3 mois“, etc. Je vous conseille d’adapter cette phrase à l’employeur pour qu’elle colle au poste que vous visez.

En résumé : n’hésitez pas à adapter un peu votre CV lorsque vous l’envoyez à un employeur précis. Il n’y a aucun mal à l’adapter pour qu’il colle au mieux, mais ne mentez surtout pas. Si vous voulez postuler pour un poste en développement PHP et que vous n’y connaissez rien, inutile d’aller plus loin. Vous serez très rapidement découvert et, dans ce cas je peux vous le garantir, vous serez éliminé d’office.

Restez clair et rapidement lisible

Qu’est-ce qui caractérise un DRH avant tout ? Il reçoit beaucoup de CV. C’est son job.

Il n’a donc pas beaucoup de temps. Faites-lui en gagner en lui donnant les informations dont il a besoin. Il faut qu’elles sautent aux yeux. Il vous en sera reconnaissant et voudra très certainement vous rencontrer.

Les différentes parties de votre CV doivent donc apparaître très clairement : compétences, diplômes, expériences, passions… L’ordre importe peu (sauf si vous vous adaptez à un employeur précis, voir plus haut), mais on veut pouvoir y trouver l’information qu’on cherche rapidement. Sinon c’est la corbeille. Mettez donc des titres bien uniformes que l’on repère de loin.

Il y a peut-être une règle communément admise par ailleurs, c’est de faire apparaître votre profil en haut : nom, prénom, téléphone, date de naissance, photo éventuelle… Là encore, du temps que c’est clair et qu’on a l’information qu’on recherche rapidement, on s’en moque royalement que votre nom soit en haut à droite au lieu d’en haut à gauche.

Enfin, une petite remarque pour ceux qui envoient les CV par e-mail comme cela se fait de plus en plus. Privilégiez à tout prix le format PDF. Oui je sais, à peu près toutes les entreprises du monde ont Word et pourront lire votre CV sans problème… mais en êtes-vous si sûr ? Avec les récentes versions de Word, les formats de fichiers se sont multipliés : .doc, .docx, .odt… Seul le format PDF vous garantit un affichage comme vous le souhaitez. Entre les différentes versions de Word et d’OpenOffice, des choses changent. Et si le PC du destinataire n’a pas votre super police, il risque d’avoir des soucis d’affichage… problème que les PDF n’ont pas.

Lorsque vous nommez le fichier PDF de votre CV, ne l’appelez pas “cv.pdf”. Mettez-y votre nom : “CV – Mathieu Nebra.pdf”. C’est tout bête, mais vous n’êtes pas seul. Votre employeur vous sera reconnaissant de pouvoir reconnaître votre CV au premier coup d’oeil.

En résumé : soyez clairs et concis, faites gagner du temps à votre employeur. Il vous en sera reconnaissant et cela l’encouragera à vouloir vous rencontrer.

Supprimez sans pitié ce qui n’est pas important

Au début, votre CV est un peu vide et vous en avez honte : pas d’expérience professionnelle, peu de connaissances… Vous essayez parfois de meubler comme vous pouvez : soit, mais ne mentez pas.

Petit à petit, tout ceci va cependant se multiplier : vous allez avoir de nombreuses petites expériences et de nombreuses connaissances. Faut-il tout mettre ? Non ! Au début, cela peut être intéressant d’indiquer que vous avez fait les vendanges ou que vous avez fait caissier au Carrefour du coin : cela montre que vous avez appris à travailler en milieu professionnel et que vous n’êtes pas resté chez vous à vous tourner les pouces. Bref, que vous savez bosser. Donc à ce moment-là, c’est bien de le mettre.

Cependant, lorsque vous commencez à évoluer dans vos études, vous allez rajouter des expériences plus précises, plus techniques peut-être. Au bout d’un moment, votre expérience des vendanges n’aura plus rien à faire là. Sachez repérer ce moment. Demandez-vous ce qu’apporte la ligne sur les vendanges : que vous savez travailler dur ? Si vos expériences ultérieures montrent que vous avez su travailler dur, inutile d’y mettre un travail de quelques semaines que vous avez fait il y a 10 ans. Cela fera plus tâche qu’autre chose.

Vous pouvez par ailleurs remplir la section “Passions” ou “Hobbies”. Elle n’est pas obligatoire, mais elle est intéressante, pour peu qu’on l’utilise correctement. Parlez de ce qui vous caractérise vraiment : l’employeur aime bien cerner la personnalité des candidats, comprendre qui ils sont. Ce n’est pas forcément pour vous juger, juste pour mieux vous connaître. Indiquez donc vos hobbies si vous en avez, mais par pitié : évitez le sempiternel trio “Cinéma, lecture, voyages”. Tout le monde fait ça, à tel point que plus aucun employeur n’y croit. Vous allez au cinéma de temps en temps ? C’est cool, moi aussi. Je vais même au resto des fois. En revanche, si vous êtes vraiment fondu de cinéma, que vous parlez tout le temps de ça, que vous êtes incollable sur le sujet et que vous avez monté une association, alors là oui, vous pouvez vous permettre d’en parler.

En résumé : lorsque votre CV est terminé, regardez-le à nouveau d’un oeil critique et supprimez sans ménagement ce qui ne sert à rien. Ne cherchez pas à meubler des sections vides : ne mettez rien, cela rendra votre CV plus digeste et il ira ainsi plus facilement à l’essentiel. Cela fera gagner du temps au recruteur (qui appréciera).

Quelques exemples

Je reçois beaucoup de CV, bons comme mauvais. Je ne me permets cependant pas d’en publier ici sans autorisation de leurs auteurs.

Nous allons en voir deux : l’un d’un développeur, l’autre d’un graphiste. Cela vous montrera la diversité qui existe dans les CV et vous encouragera, je l’espère, à améliorer votre CV pour qu’il vous reflète au mieux.

CV de développeur

Un cas intéressant à étudier est celui de Cam (Camille Bouiller), ex-community manager du Site du Zéro. Je l’ai conseillé et guidé dans la création de son CV pour sa recherche d’emploi. Comme il en a conservé les différentes versions, il est intéressant de voir l’évolution.

Avant

CV Cam 1

On distingue mal ses compétences, celles-ci ne sont pas vraiment triées par catégories. Il ne met pas assez en avant ses compétences web. Il sait utiliser Word, soit, mais pratiquement tout le monde sait utiliser Word de nos jours. Or, on distingue plus facilement Word que Django, alors qu’il recherche justement un poste en développement web.

Ses expériences sont assez nombreuses, un peu trop même. On n’arrive pas à voir en quoi elles sont intéressantes. Qu’est-ce qui fait qu’elles sont uniques et qu’a-t-il accompli vraiment ?

Enfin, étant donné qu’il possède peu de diplômes, il n’a pas trop intérêt dans son cas à commencer son CV par les formations. Il devrait plutôt mettre en avant ses compétences et ses expériences, qui ne sont pas négligeables.

Après

Après plusieurs discussions et aller-retours, son CV a beaucoup évolué. Ce n’est pas vraiment encore la version finale, mais ce que vous voyez là a déjà beaucoup été amélioré :

CV Cam 2

Les compétences sont mises en avant, regroupées par thème. Des barres indiquent de façon visuelle assez lisible son niveau, tel qu’il l’évalue. Les employeurs sont sensibles à l’auto-évaluation : bien sûr c’est subjectif, mais cela donne une idée d’où vous vous situez. Faites un système d’évaluation à 3 niveaux, pas beaucoup plus, afin de limiter les écarts d’appréciation.

Bien entendu c’est encore améliorable, en particulier ça manque d’alignement au niveau des compétences ce qui les rend un peu difficiles à lire… mais c’est toujours mieux qu’avant !

Les expériences sont plus visuelles elles aussi, avec une capture d’écran et plus de détails sur le site. Par exemple, sa participation en tant que designer sur le Site du Zéro indique des statistiques de trafic plus précises, et pas seulement “Grande communauté informatique”. De même pour presse-citron. Le fait de donner des statistiques précises, quantifiables, permet vraiment de valoriser votre expérience. “Grande communauté d’informatique” peut vouloir dire tout et n’importe quoi, c’est subjectif. En revanche, “2 millions de visiteurs uniques mensuels” ou “Premier blog high-tech français”, ça c’est précis et c’est parlant !

Les autres expériences, jugées sensiblement moins importantes, sont aussi présentes mais dans un format condensé, qui indique les technos utilisées. C’est très lisible, et cela permet de se concentrer sur les expériences les plus importantes sans oublier les autres. Enfin, à chaque fois, il indique sous quel statut il a effectué ce travail.

Il a choisi de regrouper formation et loisirs : c’est assez peu commun, mais pas très choquant non plus. Il aura tout le loisir d’expliquer son parcours scolaire atypique en entretien, mais aura su sortir du lot grâce à ses compétences et son expérience.

Aux dernières nouvelles, Camille a passé plus d’une dizaine d’entretiens, été appelé par des cabinets de chasseur de têtes et a reçu une promesse ferme d’embauche de la part d’une start-up de développement web parisienne. ;o)

CV de graphiste

Intéressons-nous à un type de CV un peu différent, qui va vous montrer que l’on peut faire preuve de créativité dans un CV.

Il s’agit du CV de Fan Jiyong, graphiste émérite à qui l’on doit le logo du SdZ, les couvertures des Livres du Zéro, nos affiches, flyers, etc. Voici le CV de Jiyong :

CV Jiyong

(Notez qu’il s’agit d’une version simplifiée qui ne contient pas son vrai nom)

Le CV est tout d’abord original dans son format : il est orienté en mode paysage. Ce n’est évidemment pas courant, mais ce n’est pas gênant car on repère très bien les informations dont on a besoin : parcours professionnel, compétences, formations… Les passions se passent de titre et se permettent même d’être originales, puisque présentées en bas sous forme de petits carrés.

En somme, le CV est riche mais toujours très lisible. On regrettera cependant, car il y a bien un bémol, que les informations sur l’âge et les sites web en haut à droite ne soient pas très lisibles.

Globalement cela est très clair et suit une vraie logique. On apprécie aussi là encore qu’il se soit auto-évalué dans ses compétences techniques. On ne lui demande pas de se mettre une note sur 20, mais plutôt de nous donner une idée : est-ce qu’il connaît un peu, très bien, ou a-t-il juste des notions ?

Jiyong vient d’être embauché par Simple IT comme premier graphiste web & print. Il commencera début septembre. Il travaillera aussi bien sur les prochaines couvertures des livres que sur l’ergonomie et le design du Site du Zéro. :o)

Le mot de la fin

Ainsi s’achève ce (long) billet. J’espère qu’il vous aura permis de mieux comprendre ce qu’est un CV et ce qu’il n’est pas. Il vous aura peut-être aussi donné des idées pour votre CV : n’hésitez pas, c’est le moment ou jamais de l’améliorer (voire de le créer, il n’y a pas d’âge !).

Souvenez-vous : votre CV vous représente. A lui seul, il en dit long sur vous. Soignez-le ! :o)

  • 29 juillet 2010
  • Par Mathieu Nebra

Les commentaires sont clos

Commentaire de Abdelite

29 juillet 2010

Merci pour cet excellent billet ! C’est pour moi l’occasion de créer mon premier CV. Prochain billet, quelques astuces pour une lettre de motivation ?

Commentaire de DjiaThink

29 juillet 2010

Bravo pour ce billet. ça me donne l’occasion de dépoussiérer le mien. En gros je retiens “Soyez créatif, mais clair”. Au boulot !

Commentaire de Ludo

29 juillet 2010

Pour aller plus loin dans les CV concernant les créatifs uniquement, je propose cet excellent billet : http://www.webdesignerdepot.com/200

C’est en anglais. On y parle de très CV originaux ou bizarres,mais surtout lire le débat entre des poids lourds du milieu RH face à des créatifs confirmés voir seniors.

Commentaire de LaeTux

29 juillet 2010

Tiens c’est marrant au Pôle Emploi ils m’ont dis la même chose que tes profs.

Excellent billet et très utile.

Commentaire de Tim

29 juillet 2010

Très bon résumé.

Perso j’ai eu des profs en fin de cycle qui m’ont confirmé tout ce que tu as écris.

Du coup, je rajouterai juste qu’il ne faut pas hésiter à valoriser une expérience en indiquant les choses que vous avez acquises et non pas simplement en reprenant le descriptif du poste.

Et autre point que j’ai appris de ma propre expérience. Un CV original c’est bien, de plus en plus apprécié. Mais n’oubliez pas que Beaucoup, Beaucoup de recruteurs aiment imprimer! Donc pensez-y aussi lors de vos créations ;)

Commentaire de Basile

29 juillet 2010

Je plussoie Abdelite pour la lettre de motivation, voir même pour l’attitude et le comportement à adopter lors d’un entretient. Ces deux points me paraissent beaucoup plus flous et plus difficile que la création du CV.

Merci pour ce lien Ludo. J’ai toujours adoré regarder les CV des (info)graphistes. Mais au final, on remarque quand même que la créativité et l’originalité peuvent nuire à la lisibilité. L’idéal reste donc de savoir faire un bon compromis.

Quant au CV de Cam, la différence est saisissante. Au passage, bravo pour ta promesse d’embauche, et à Jiyong pour son entrée à Simple IT. :P

Merci pour cet excellent billet.

Commentaire de sp0z

29 juillet 2010

Stupéfait par la qualité et l’esthétique du CV de Jiyong. Cela me donne envie d’en faire autant, merci pour ce billet ! :o

Commentaire de DeadPixel

29 juillet 2010

Si je peux me permettre de mettre quand même des petites règles typographiques standards (à appliquer partout, pas uniquement sur les CV) :

— On abrège Monsieur “M.” (et pas Mr, qui est l’abréviation anglaise de Mister), Messieurs “MM.”, madame “Mme” et Mademoiselle “Mlle”.

— Les numéros de téléphones s’écrivent avec des espaces entre eux (ex. 06 26 81 10 10) et jamais de points ou tirets. Il est tout à fait inutile et superficiel d’utiliser l’indicatif du pays si vous avez un numéro de téléphone français et que vous postulez en France.

— Les noms de famille ça s’écrit Prénom Nom, jamais l’inverse et le nom de famille reste en minuscule (Mathieu Nebra, et pas Nebra Mathieu ou Mathieu NEBRA). Ou alors, vous pouvez le faire dans le cas exceptionnel où votre patronyme est aussi un prénom (Jean DAVID) pour les différencier.

— Une adresse s’écrit sous la forme “26 rue du Jardin 75019 Paris”. Pas de virgule après le numéro, la voie s’écrit en minuscule (rue, route, boulevard, avenue) et son nom avec la première lettre en majuscule (même si ce n’est pas un nom propre). Pas d’espace dans le code postal et la ville en minuscule (sauf première lettre bien sûr).

Je vais pas toutes vous les faire mais ce sont des standards qui facilitent la lisibilité et normalisent l’écriture, c’est normé par l’Académie Française et l’Imprimerie Nationale. Je suis en train de faire un article sur le SdZ spécialisé sur la typo d’ailleurs, prévu pour la rentrée.

Sinon, pour les CV de graphistes sympas, cet article est bien aussi pour ceux qui l’auraient loupés > http://www.smashingmagazine.com/200

Commentaire de Katastrophe

29 juillet 2010

Impressionnant, ça donne envie (et j’insiste sur “envie”) de faire son CV… Alors que l’exercice est de base, tout du moins chez moi, pas très intéressant.

Commentaire de DeadPixel

29 juillet 2010

Ah, et j’oubliais : tu disais que tu ne savais pas manier Photoshop pour faire un CV créatif. Je t’en supplie, n’incite pas les jeunes “je sais bidouiller Photoshop je vais faire un truc créatif” dans cette voie.
Ça ne viendrait jamais à l’idée de n’importe quel graphiste compétent d’utiliser Photoshop pour faire un CV papier : ce n’est pas fait pour ça. Photoshop = retouche d’images, pas mise en page.
(évidemment c’est possible de le faire mais si je parle de 300dpi à un néophyte il va rien comprendre et obtenir un truc tout pixellisé et moche, et à parier avec de belles bordures blanches).

Commentaire de aliogan

29 juillet 2010

Par contre, j’ai une question concernant les CV créatif et des cultures différentes. Par exemple, je dois travailler sur Taïwan, et cela tombe bien, Fan Jiyong semble connaitre l’asie.
Est ce que je peut me permettre de faire un CV créatif dans tout les pays/cultures, par exemple Taïwan?

Commentaire de phgayot

29 juillet 2010

Bonjour,

Je n’ai rien à dire sur le fond et si peu sur la forme … Néanmoins, je remplacerais “Et il y aussi des tonnes de façons de se planter” par “Et il y A aussi des tonnes de façons de se planter” et “Je vais même au resto des fois” par “Je vais même au resto parfois”.
Par ailleurs, la phrase suivante est “moyenne” car elle concentre les mots “postuler” et “poste” : “Si vous voulez postuler pour un poste en développement PHP”.

Je vous avais prévenu, trois fois rien …

Salutations.

PhG

Commentaire de fanjiyong

29 juillet 2010

@aliogan Bien sur que le CV créatif dépend aussi de la culture. Ceci dis connaissant les Taiwanais un cv au allure occidental peut sans doute plaire. :) Je peu demander si tu veux a deux trois amis taiwanais la confirmation. Tu t’installe là bas a titre définitif ?:)

Commentaire de Nanocom

29 juillet 2010

Billet très intéressant. Encore cette année j’ai eu un “cours de CV” dans mon école d’ingénieur, où j’ai entendu exactement les bêtises citées dans le billet. Sauf qu’avant de lire ce billet, je savais pas que c’était des bêtises :) Merci beaucoup pour toutes ces informations.

Commentaire de Greg

29 juillet 2010

Très sympa ce billet, bravo & merci !

Commentaire de Nateags

29 juillet 2010

Et moi qui croyait qu’un CV devait toujours être écrit noir sur blanc (littéralement !) ! Je découvre qu’en fait l’originalité peut attirer l’œil du DRH, sans pour autant le “choquer”.

Très très bon billet.

Commentaire de Ludo

29 juillet 2010

@aliogan : La communication en générale est intrinsèquement liée à la culture. Tous les éléments de communication doivent être localisés : de la publicité à la pièce de théâtre comique en passant par le CV. Sauf exception, où l’entreprise recherche justement un profil étranger (quoique, même dans ce cas des adaptations seront nécessaires)

Commentaire de Pierrefire

30 juillet 2010

C’est un billet très intéressant, surtout que nous avons ici le point de vue de “l’autre côté du miroir” donc c’est très profitable.

Je voudrais juste rajouter quelque chose, ayant travaillé dans un bureau de Ressources Humaines quelques jours ( travail d’été ), il me semble qu’il est aussi important de mentionner son adresse postale, de préférence aussi lisible que l’adresse mail ou que le numéro de téléphone. Car là ou j’étaie, une relativement grande entreprise, il répondait toujours aux CV, même pour les refus ou pour dire qu’il n’y avait pas de place pour le moment mais qu’il gardaient le CV et si il y avait pas d’adresse postale, et bien c’était poubelle directe.

Voila, je voulais juste revenir sur ce point qui pour moi semblais important !

Merci pour ce billet !

Commentaire de amichemin

30 juillet 2010

Merci Mathieu pour ce billet ; toujours très instructif! et félicitation à fanjiyong pour sa future embauche.
Mais il faudra écrire un autre article sur la lettre de motivation (rédaction toujours difficile !); que mettre dedans ?….et à ce sujet je trouve que tu n’a pas assez insisté sur le temps prit par le recruteur pour lire les multiples dossiers de candidatures pour un poste.(quelques secondes par dossiers?)…et là un retour d’expérience sur le recrutement du futur Community-Manager serait je pense un sujet d’un futur billet.

Commentaire de Ishimaru Chiaki

1 août 2010

Merci pour ce billet très intéressant ! C’est la première fois que j’entends dire que l’on peut faire preuve de créativité dans nos CVs ! Je pensais qu’on devait se limiter au noir et blanc !

Étant en démarches de recherche d’emploi et étant handicapée visuelle et atteinte de troubles anxieux, je fais affaire avec un organisme qui s’occupe d’aider les personnes handicapées ou atteintes de problèmes de santé mentale à intégrer le marché du travail. J’ai donc envoyé par mail le lien du billet à ma conseillère de l’organisme qui assure mon suivi.

OpenOffice Writer, Gimp et Inkscape vont chauffer dès que je m’y mettrai, mdr !

Commentaire de Aravis

2 août 2010

Ça m’a donné la motivation de refaire mon cv. Il est toujours aussi vide mais semble beaucoup plus plein.
C’est vraiment bien d’avoir écrit ce billet j’aurais jamais osé faire un truc original mais c’est vrai qu’il faut se mettre a la place des DRH ils en on certainement marre de voir tous ces CV tristes à pleurer.

On peut te l’envoyé ? :o)

Commentaire de Ishimaru Chiaki

3 août 2010

Ma conseillère a trouvé le billet très intéressant et l’a même ajouté dans ses favoris ! :)

Entre-temps, j’ai fait une mise à jour de ma page CV sur mon portfolio pour en améliorer un peu la présentation en attendant que je fasse une refonte du site.

Commentaire de 6pri1

4 août 2010

Mettre un projet raté dans son CV, je ne suis pas employeur, mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée.

L’article est très intéressant. Je ne suis malheureusement pas encore concerné de trop près par tout ça…

Commentaire de DeadPixel

5 août 2010

Je me répète mais au vu des différents commentaires, ça risque de faire des désastres : un peu d’originalité oui, mais ne vous improvisez pas graphiste si vous ne l’êtes pas.

N’essayez pas de faire un truc tel que celui de FanJiyong si vous n’avez pas eu des formations en graphisme : d’une part, parce que justement il est graphiste et doit aussi montrer de quoi il est capable — sinon l’employeur va se dire “WTF?” et poubelle, d’autre part parce que vous risquez de faire de la grosse merde moche et illisible sans vous en rendre compte.

Donc sauf si vous êtes VRAIMENT sûrs de ce que vous faites, ne vous risquez pas à une personnalisation totale du CV, restez format portrait, alignés, sans fioritures, mais un peu d’originalité et de couleur (bien maîtrisée) ne fait pas de mal. ET JAMAIS DE COMIC SANS MS (ça va de soi mais on ne sait jamais.)

Commentaire de Quadehar

6 août 2010

L’idée des petits symbole pour le niveau est bien trouvée, mais suis-je le seul à trouver les symboles choisis illisibles ? Je distingue à peine les barres pleines des barres vides, cela demande un effort. Bref, une bonne idée mais mal réalisée à mon sens.

Les conseils de cet article sont intéressants, je rejoins néanmoins la crainte de DeadPixel sur les CVs fantasques qui risquent d’apparaître chez ceux qui l’ont lu trop superficiellement.

Commentaire de Quadehar

6 août 2010

Un autre point qu’il faudrait préciser : s’arranger pour que son CV soit facilement imprimable d’une part, et photocopiable d’autre part sans perdre de sa lisibilité, donc ne pas souffrir le passage au noir et blanc par exemple.

Commentaire de Charlie

10 août 2010

Je suis également gérant d’une entreprise.
J’ai bcp aimé le passage sur les profs qui se contredisent… :-D c’est tellement vrai ! C’est bien la preuve de leurs conneries, il ne connaissent souvent rien au milieu professionnel et sont pour la plupart du temps à la ramasse… enfin :)

Commentaire de Anonyme

11 août 2010

En référence au commentaire #20 notamment. Au sujet du handicap : si on a un handicap, peu importe lequel, faut-il absolument le préciser dans son CV ou au contraire éviter à tout prix ?

Ceux qui sont pour l’indiquer affirment que le choc risque d’être trop grand pour l’employeur alors qu’il va bien sûr le découvrir à l’entretien. IL doit donc le savoir avant pour ne pas avoir de surprise.

Ceux qui prétendent le contraire affirment que l’indiquer est un véritable suicide (disqualification automatique). IL s’agirait d’éviter les réactions du genre “handicapé? pas besoin, poubelle”.

Qu’en est-il réellement ? Les deux réflexions se tiennent…